CONTENU

Qui était Jésus ?

Les passages qui suivent te donneront un aperçu de la vie de Jésus-Christ. Ce sont des extraits tirés directement de l'évangile de Jean, dans la Bible. Aucun commentaire ajouté. Ils te donneront une image juste et rapide de la vie, la mort et la résurrection de Jésus ... et ils te diront pourquoi sa vie te concerne.

Jean 3
Il y avait parmi les pharisiens un homme du nom de Nicodème, un chef des Juifs. Il vint trouver Jésus de nuit et lui dit:
- Maître, nous savons que tu es un enseignant envoyé par Dieu, car personne ne peut faire ces signes miraculeux que tu fais si Dieu n'est pas avec lui.
Jésus lui répondit:
- En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître de nouveau, personne ne peut voir le royaume de Dieu.

Nicodème lui dit:
- Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il une seconde fois entrer dans le ventre de sa mère et naître ?
Jésus répondit:
- En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'eau et d'Esprit, on ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de parents humains est humain et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. Ne t'étonne pas que je t'aie dit: ‘Il faut que vous naissiez de nouveau.’ Le vent souffle où il veut et tu en entends le bruit, mais tu ne sais pas d'où il vient, ni où il va. C’est aussi le cas de toute personne qui est née de l'Esprit.

Nicodème reprit la parole et lui dit:
- Comment cela peut-il se faire ?
Jésus lui répondit:
- Tu es l’enseignant d'Israël et tu ne sais pas cela ! Personne n'est monté au ciel, sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme qui est dans le ciel.
En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n'est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

Jean 1
Au commencement, la Parole [Jésus] existait déjà. La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Tout a été fait par elle et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. En elle il y avait la vie, et cette vie était la lumière des êtres humains. La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas accueillie.
Elle était dans le monde et le monde a été fait par elle, pourtant le monde ne l'a pas reconnue. Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont pas accueillie. Mais à tous ceux qui l'ont acceptée, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le droit de devenir enfants de Dieu, puisqu’ils sont nés non du fait de la nature, ni par une volonté humaine, ni par la volonté d’un mari, mais qu’ils sont nés de Dieu.

Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père.

Jean 5
Sous ces portiques un grand nombre de malades étaient couchés: des aveugles, des boiteux, des paralysés.
Là se trouvait un homme infirme depuis 38 ans. Jésus le vit couché et, sachant qu'il était malade depuis longtemps.
- Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton brancard et marche.
Aussitôt cet homme fut guéri; il prit son brancard et se mit à marcher. C'était un jour de sabbat.

Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri :
- C'est le sabbat; il ne t'est pas permis de porter ton brancard.
Il leur répondit:
- Celui qui m'a guéri m'a dit: ‘Prends ton brancard et marche.’

Ils lui demandèrent:
- Qui est l'homme qui t'a dit : ‘Prends ton brancard et marche’?

Cet homme s'en alla annoncer aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri.
C'est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus et cherchaient à le faire mourir, parce qu'il avait fait cela le jour du sabbat.

Cependant, Jésus leur répondit:
- Mon Père est à l'œuvre jusqu'à présent ; moi aussi, je suis à l'œuvre.
Voilà pourquoi les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir : parce que non seulement il violait le sabbat, mais il appelait aussi Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu.

Jean 6
Jésus leva les yeux et vit une grande foule venir vers lui. Il dit à Philippe:
- Où achèterons-nous des pains pour que ces gens aient à manger ?
Il disait cela pour le mettre à l'épreuve, car lui-même savait ce qu'il allait faire.
Philippe lui répondit:
- Les pains qu'on aurait pour 200 pièces d’argent ne suffiraient pas pour que chacun en reçoive un peu.

Un de ses disciples, André, le frère de Simon Pierre, lui dit :
- Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons, mais qu'est-ce que cela pour tant de monde?
Jésus dit :
- Faites asseoir ces gens.
Il y avait beaucoup d'herbe à cet endroit. Ils s'assirent donc, au nombre d'environ 5000 hommes. Jésus prit les pains, remercia Dieu et les distribua à ceux qui étaient là ; il leur distribua de même des poissons, autant qu'ils en voulurent.

Lorsqu'ils furent rassasiés, il dit à ses disciples:
- Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde.
Ils les ramassèrent donc et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restaient des cinq pains d'orge après que tous eurent mangé.

Jésus leur répondit:
- En vérité, en vérité, je vous le dis, vous me cherchez non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé du pain et que vous avez été rassasiés. Travaillez, non pour la nourriture périssable, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, celle que le Fils de l'homme vous donnera, car c'est lui que le Père, Dieu lui-même, a marqué de son empreinte.

Ils lui dirent:
- Que devons-nous faire pour accomplir les œuvres de Dieu ?
Jésus leur répondit:
- L'œuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé.
Jésus leur dit:
- C’est moi qui suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. En effet, la volonté de mon Père, c'est que toute personne qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle, et moi, je la ressusciterai le dernier jour.

Jean 7
Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, debout, s'écria: « Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de lui, comme l’a dit l'Ecriture.» Il dit cela à propos de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui. En effet, l'Esprit n'avait pas encore été donné parce que Jésus n'avait pas encore été élevé dans sa gloire.

Après avoir entendu ces paroles, beaucoup dans la foule disaient:
- Celui-ci est vraiment le prophète.
D'autres disaient:
- C'est le Messie.

Jean 10
- En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n'entre pas dans l'enclos des brebis par la porte mais s'y introduit par un autre endroit est un voleur et un brigand. Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis.
Jésus leur dit cette parabole, mais ils ne comprirent pas de quoi il leur parlait. Jésus leur dit encore :
- En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.
- Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Le simple salarié, quant à lui, n'est pas le berger et les brebis ne lui appartiennent pas. Lorsqu'il voit venir le loup, il abandonne les brebis et prend la fuite ; alors le loup s'en empare et les disperse. Le simple salarié s'enfuit car il travaille pour de l’argent et ne se soucie pas des brebis.

- Moi, je suis le bon berger. Je connais mes brebis et elles me connaissent, tout comme le Père me connaît et comme je connais le Père. Je donne ma vie pour mes brebis.

- Le Père m'aime, parce que je donne ma vie pour la reprendre ensuite. Personne ne me l'enlève, mais je la donne de moi-même. J'ai le pouvoir de la donner et j'ai le pouvoir de la reprendre.

- Mais si je les fais, même si vous ne me croyez pas, croyez à ces œuvres afin de savoir et de reconnaître que le Père est en moi et que je suis en lui.

Jean 11
Il y avait un homme malade ; c'était Lazare de Béthanie, le village de Marie et de sa sœur Marthe. Les sœurs envoyèrent dire à Jésus:
- Seigneur, celui que tu aimes est malade.

Jésus aimait Marthe, sa sœur et Lazare. Quand il eut appris que Lazare était malade, il resta encore deux jours à l'endroit où il était.

Puis il dit aux disciples :
- Retournons en Judée.
Les disciples lui dirent :
- Maître, tout récemment les Juifs cherchaient à te lapider et tu retournes là-bas?

Après ces paroles, il leur dit :
- Notre ami Lazare s'est endormi, mais je vais aller le réveiller.

Les disciples lui dirent :
- Seigneur, s'il s'est endormi, il sera guéri.
En fait, Jésus avait parlé de la mort de Lazare, mais ils crurent qu'il parlait de l'assoupissement du sommeil. Jésus leur dit alors ouvertement :
- Lazare est mort… Mais allons vers lui.

A son arrivée, Jésus trouva que Lazare était depuis quatre jours déjà dans le tombeau. Marthe dit à Jésus :
- Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Cependant, même maintenant, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l'accordera.

Jésus lui dit:
- Ton frère ressuscitera.

- Je sais, lui répondit Marthe, qu'il ressuscitera lors de la résurrection, le dernier jour.

Jésus lui dit:
- C’est moi qui suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s'il meurt ; et toute personne qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?

Elle lui dit :
- Oui, Seigneur, je crois que tu es le Messie, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde.

Marie arriva à l'endroit où était Jésus. Quand elle le vit, elle tomba à ses pieds et lui dit :
- Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.

En la voyant pleurer, elle et les Juifs venus avec elle, Jésus fut profondément indigné et bouleversé. Il dit:
- Où l'avez-vous mis?
- Seigneur, lui répondit-on, viens et tu verras.

Jésus pleura. Les Juifs dirent alors:
- Voyez comme il l'aimait!
Et quelques-uns d'entre eux dirent:
- Lui qui a ouvert les yeux de l'aveugle, ne pouvait-il pas aussi faire en sorte que cet homme ne meure pas?

Jésus, de nouveau profondément indigné, se rendit au tombeau. C'était une grotte ; une pierre fermait l'entrée. Jésus dit:
- Enlevez la pierre.

Marthe, la sœur du mort, lui dit:
- Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu'il est là.

Ils enlevèrent donc la pierre. Jésus leva alors les yeux et dit:
- Père, je te remercie de ce que tu m'as écouté. Pour ma part, je savais que tu m'écoutes toujours, mais j'ai parlé à cause de la foule qui m'entoure, afin qu'ils croient que c'est toi qui m'as envoyé.
Après avoir dit cela, il cria d'une voix forte:
- Lazare, sors!
Et le mort sortit, les pieds et les mains attachés par des bandelettes et le visage enveloppé d'un linge. Jésus leur dit:
- Détachez-le et laissez-le s’en aller.
Beaucoup de Juifs qui étaient venus auprès de Marie et qui virent ce que Jésus avait fait crurent en lui.
Mais quelques-uns d'entre eux allèrent trouver les pharisiens et leur racontèrent ce que Jésus avait fait.Alors les chefs des prêtres et les pharisiens rassemblèrent le sanhédrin et dirent:
- Qu'allons-nous faire? En effet, cet homme fait beaucoup de signes miraculeux. Si nous le laissons faire, tous croiront en lui et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation.
Dès ce jour, ils tinrent conseil pour le faire mourir.

Jean 12
Cependant, même parmi les chefs, beaucoup crurent en lui; mais, à cause des pharisiens, ils ne le déclaraient pas, de crainte d'être exclus de la synagogue. En effet, ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu.

Jean 13
Avant la fête de la Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père… C'était pendant le souper. Le diable avait déjà mis dans le cœur de Judas l’Iscariot, fils de Simon, l'intention de le trahir.

Jésus fut profondément troublé, et il déclara solennellement: «
- En vérité, en vérité, je vous le dis, l'un de vous me trahira.
Judas sortit aussitôt. Il faisait nuit.

Jean 14
[Jésus parle à ses disciples]
- Que votre cœur ne se trouble pas! Croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. Si ce n'était pas le cas, je vous l'aurais dit. Je vais vous préparer une place.Et puisque je vais vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi afin que, là où je suis, vous y soyez aussi.

- Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus; mais vous, vous me verrez parce que je vis et que vous vivrez aussi. Ce jour-là, vous saurez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi et moi en vous. Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui qui m'aime; celui qui m'aime sera aimé de mon Père et moi aussi, je l'aimerai et je me ferai connaître à lui.

Jean 15
[Jésus parle]
- Tout comme le Père m'a aimé, moi aussi, je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j'ai gardé les commandements de mon Père et que je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela afin que ma joie demeure en vous et que votre joie soit complète.

- Voici mon commandement: aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner votre vie pour vos amis.

- Si le monde vous déteste, sachez qu'il m'a détesté avant vous. Si je n'avais pas fait parmi eux des œuvres qu'aucun autre n'a faites, ils ne seraient pas coupables, mais maintenant ils les ont vues et ils nous ont détestés, moi et mon Père. C'est ainsi que s'accomplit la parole écrite dans leur loi: Ils m'ont détesté sans raison.

Jean 16
[Jésus parle]
- En vérité, en vérité, je vous le dis, vous pleurerez et vous vous lamenterez, tandis que le monde se réjouira; vous serez dans la tristesse, mais votre tristesse se changera en joie.Vous donc aussi, vous êtes maintenant dans la tristesse, mais je vous reverrai et votre cœur se réjouira, et votre joie, personne ne vous l'enlèvera… En effet, le Père lui-même vous aime parce que vous m'avez aimé et que vous avez cru que je suis sorti de Dieu. Je suis sorti du Père et je suis venu dans le monde; maintenant je quitte le monde et je retourne vers le Père.

Jean 17
Après ces paroles, Jésus leva les yeux vers le ciel et dit:
- Père, l'heure est venue! Révèle la gloire de ton Fils afin que ton Fils révèle ta gloire. Tu lui as donné pouvoir sur tout être humain, afin qu'il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.

- J’ai révélé ta gloire sur la terre, j'ai terminé ce que tu m'avais donné à faire. Maintenant, Père, révèle toi-même ma gloire auprès de toi en me donnant la gloire que j'avais auprès de toi avant que le monde existe.

- Je dis ces paroles dans le monde afin qu'ils aient en eux ma joie, une joie complète. Je leur ai donné ta parole et le monde les a détestés parce qu'ils ne sont pas du monde, tout comme moi, je ne suis pas du monde.

- Je ne prie pas pour eux seulement, mais encore pour ceux qui croiront en moi à travers leur parole.

- Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi, je t'ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m'as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom et je le leur ferai connaître encore, afin que l'amour dont tu m'as aimé soit en eux et que moi je sois en eux.

Jean 18
Après avoir dit ces paroles, Jésus alla avec ses disciples de l'autre côté du torrent du Cédron où se trouvait un jardin; il y entra, lui et ses disciples. Judas, celui qui le trahissait, connaissait aussi l'endroit parce que Jésus et ses disciples s'y étaient souvent réunis. Judas prit donc la troupe de soldats romains ainsi que des gardes envoyés par les chefs des prêtres et les pharisiens, et il s’y rendit avec des lanternes, des torches et des armes.

Jésus, qui savait tout ce qui devait lui arriver, s'avança alors et leur dit:
- Qui cherchez-vous?
Ils lui répondirent:
- Jésus de Nazareth.
Jésus leur dit:
- C'est moi.
Judas, celui qui le trahissait, était avec eux. La troupe, le commandant et les gardes des Juifs s’emparèrent alors de Jésus et l’attachèrent.

Pilate sortit à leur rencontre et dit:
- De quoi accusez-vous cet homme?
Ils lui répondirent:
- Si ce n'était pas un malfaiteur, nous ne te l'aurions pas livré.
Sur quoi Pilate leur dit:
- Prenez-le vous-mêmes et jugez-le d’après votre loi.
Les Juifs lui dirent:
- Nous n'avons pas le droit de mettre quelqu'un à mort.
C'était afin que s'accomplisse la parole que Jésus avait dite pour indiquer de quelle mort il allait mourir.

Jean 19
Alors Pilate ordonna de prendre Jésus et de le fouetter. Les soldats tressèrent une couronne d'épines qu'ils posèrent sur sa tête et lui mirent un manteau de couleur pourpre. Puis, ils disaient:
- Salut, roi des Juifs!
et ils lui donnaient des gifles.

Pilate sortit de nouveau et dit aux Juifs:
- Voilà, je vous l'amène dehors afin que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun motif de le condamner.»

Jésus sortit donc, portant la couronne d'épines et le manteau de couleur pourpre. Pilate leur dit:
- Voici l'homme.
Lorsque les chefs des prêtres et les gardes le virent, ils s'écrièrent:
- Crucifie-le! Crucifie-le!

Pilate leur dit:
- Prenez-le vous-mêmes et crucifiez-le, car pour ma part, je ne trouve en lui aucun motif de le condamner.

Les Juifs lui répondirent:
- Nous avons une loi et, d’après notre loi, il doit mourir parce qu'il s'est fait Fils de Dieu.
Quand il entendit cette parole, Pilate eut très peur. Il rentra dans le prétoire et dit à Jésus:
- D'où es-tu?

Mais Jésus ne lui donna aucune réponse.

Pilate lui dit:
- C'est à moi que tu refuses de parler? Ne sais-tu pas que j'ai le pouvoir de te relâcher et que j'ai le pouvoir de te crucifier?

Jésus répondit:
- Tu n'aurais aucun pouvoir sur moi s'il ne t'avait pas été donné d'en haut. C'est pourquoi celui qui me livre à toi est coupable d'un plus grand péché.

Dès ce moment-là, Pilate chercha à le relâcher, mais les Juifs criaient:
- A mort! A mort! Crucifie-le!
Alors il le leur livra pour qu'il soit crucifié.

Ils prirent donc Jésus et l'emmenèrent. Jésus, portant sa croix, sortit de la ville pour aller vers l’endroit appelé «le Crâne», qui se dit en hébreu Golgotha. C'est là qu'ils le crucifièrent.

Après cela, Jésus, qui savait que tout était déjà accompli, dit, afin que l'Ecriture se réalise pleinement:
- J'ai soif.
Il y avait là un vase plein de vinaigre. Les soldats en remplirent une éponge, la fixèrent à une branche d'hysope et l'approchèrent de sa bouche. Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit:
- Tout est accompli.
Puis il baissa la tête et rendit l'esprit.

C'était la préparation de la Pâque et ce sabbat allait être un jour solennel. Craignant que les corps ne restent en croix pendant le sabbat, les Juifs demandèrent à Pilate qu'on brise les jambes aux crucifiés et qu'on enlève les corps.

Les soldats vinrent donc briser les jambes du premier, puis du second des condamnés qui avaient été crucifiés avec Jésus. Quand ils s'approchèrent de lui, ils virent qu'il était déjà mort. Ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats lui transperça le côté avec une lance et aussitôt il en sortit du sang et de l'eau.

Après cela, Joseph d'Arimathée demanda à Pilate la permission d'enlever le corps de Jésus. Pilate le lui permit. Il vint donc et enleva le corps de Jésus. Nicodème, l'homme qui auparavant était allé trouver Jésus de nuit, vint aussi. Il apportait un mélange d'environ 30 kilogrammes de myrrhe et d'aloès. Ils prirent donc le corps de Jésus et l'enveloppèrent de bandelettes, avec les aromates, comme c'est la coutume d'ensevelir chez les Juifs. Or, il y avait un jardin à l'endroit où Jésus avait été crucifié, et dans le jardin un tombeau neuf où personne encore n'avait été mis. Ce fut là qu'ils déposèrent Jésus parce que c’était la préparation de la Pâque des Juifs et que le tombeau était proche.

Jean 20
Le dimanche, Marie de Magdala se rendit au tombeau de bon matin, alors qu'il faisait encore sombre, et elle vit que la pierre avait été enlevée de l’entrée du tombeau. Elle courut trouver Simon Pierre et l'autre disciple que Jésus aimait et leur dit:
- Ils ont enlevé le Seigneur du tombeau et nous ne savons pas où ils l’ont mis.

Pierre et l'autre disciple sortirent donc et allèrent au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l'autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. Il se pencha et vit les bandelettes posées par terre, cependant il n'entra pas.

Simon Pierre, qui le suivait, arriva et entra dans le tombeau. Il vit les bandelettes posées par terre; le linge qu'on avait mis sur la tête de Jésus n'était pas avec les bandes, mais enroulé dans un endroit à part. Alors l'autre disciple, qui était arrivé le premier au tombeau, entra aussi, il vit et il crut. En effet, ils n'avaient pas encore compris que, d’après l'Ecriture, Jésus devait ressusciter. Ensuite les disciples repartirent chez eux.

Cependant, Marie se tenait dehors près du tombeau et pleurait. Tout en pleurant, elle se pencha pour regarder dans le tombeau, et elle vit deux anges habillés de blanc assis à la place où avait été couché le corps de Jésus, l'un à la tête et l'autre aux pieds.

Ils lui dirent:
- Femme, pourquoi pleures-tu?

Elle leur répondit:
- Parce qu'ils ont enlevé mon Seigneur et je ne sais pas où ils l'ont mis.

En disant cela, elle se retourna et vit Jésus debout, mais elle ne savait pas que c'était lui.

Jésus lui dit:
- Femme, pourquoi pleures-tu? Qui cherches-tu?

Pensant que c'était le jardinier, elle lui dit:
- Seigneur, si c'est toi qui l'as emporté, dis-moi où tu l'as mis et j'irai le prendre.

Jésus lui dit:
- Marie!

Elle se retourna et lui dit en hébreu:
- Rabbouni! c'est-à-dire maître.

Jésus lui dit:
- Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers mon Père, mais va trouver mes frères et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.

Marie de Magdala alla annoncer aux disciples qu'elle avait vu le Seigneur et qu'il lui avait dit cela.

Le soir de ce même dimanche, les portes de la maison où les disciples se trouvaient rassemblés étaient fermées car ils avaient peur des chefs juifs; Jésus vint alors se présenter au milieu d'eux et leur dit:
- Que la paix soit avec vous!

Après avoir dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau:
- Que la paix soit avec vous! Tout comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie.
Après ces paroles, il souffla sur eux et leur dit:
- Recevez le Saint-Esprit!

Thomas, l'un des douze, n'était pas avec eux lorsque Jésus vint. Les autres disciples lui dirent donc:
- Nous avons vu le Seigneur.

Mais il leur dit:
- Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je n’y mets pas mon doigt et si je ne mets pas ma main dans son côté, je ne croirai pas.

Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint alors que les portes étaient fermées, se tint au milieu d'eux et dit:
- Que la paix soit avec vous!

Puis il dit à Thomas:
- Avance ton doigt ici et regarde mes mains. Avance aussi ta main et mets-la dans mon côté. Ne sois pas incrédule, mais crois!

Thomas lui répondit:
- Mon Seigneur et mon Dieu!

Jésus lui dit:
- Parce que tu m'as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru!

Examine ce que t’offre Jésus, et regarde plus qu’une foi aveugle.

Comment commencer une relation personnelle avec Dieu ?

J'ai une question…

Partager cette page avec quelqu'un

Drag Handle