CONTENU

Apaiser ta vraie soif

Comment les beuveries peuvent prendre la place de relations profondes et satisfaisantes avec les autres

Par Judy Clark

J’ai passé un été dans le Colorado avec une amie, où on a rencontré des jeunes qui avaient fugué. Ils avaient arrêté le lycée et essayaient de gagner un peu d’argent en dansant dans la rue. Au premier abord, j’ai eu l’impression qu’ils gâchaient leur vie. Mais après avoir passé quelques heures avec eux, j’ai réalisé qu’ils vivaient quelque chose que beaucoup de gens cherchent.

Ces gars n’avaient presque pas d’argent, pas de toit, leurs habits étaient en sale état, ils n’avaient presque rien à manger. On les a invités à manger avec nous, et on les a écoutés nous raconter leur vie. Je me suis rendue compte qu’ils formaient une communauté. Ils prenaient soin les uns des autres, ils partageaient tout. Un des gars n’a mangé que la moitié de ce qu’on lui avait donné, parce qu’il voulait en garder pour un de leur ami qui n’était pas là. Ils se soutenaient, ils formaient une famille, ils s’aimaient vraiment. Ils nous expliquaient qu’ils avaient peur, que leurs mères leur manquaient, qu’ils se sentaient abandonnés. Je ne choisirai pas de vivre comme eux, c’est sûr, mais ils vivaient quelque chose que beaucoup de personnes éduquées, « acceptables » auraient bien aimé vivre. Ils avaient une vraie relation les uns avec les autres. Ils étaient connectés les uns aux autres.

C’est ce que nous voulons tous. Nous voulons une “vraie” vie. Nous ne voulons pas être comme un hamster qui passe son temps à tourner dans sa petite roue, sans aller nulle part. Nous voulons vivre des relations. Nous voulons faire partie d’une communauté, où les autres se soucient de nous.

J’ai une amie qui vient de finir ses études. En entrant dans « le monde adulte », elle m’a dit qu’elle voulait s’enfuir pour vivre avec les Amish.1 Ce n’était pas par rapport à la religion, c’était l’aspect communautaire qui l’attirait. Les Amish vivent en famille, ils ont des voisins. Ils s’entraident, ils viennent au secours de quelqu’un en danger. Ils n’ont aucun stress, ils vivent plus calmement, plus sereinement. Ça a l’air sympa, non ?

Je crois qu’on cherche tous des relations qui durent, qui nous comblent, où on est à l’aise, on se fait confiance, on rigole bien. Combien d’entre nous ont grandi dans des familles où notre père rentrait tard le soir parce qu’il faisait des heures sup’ pour se payer la voiture de ses rêves ? Où nos parents travaillaient tellement qu’ils se voyaient à peine ? Les relations s’écroulent, le nombre de divorces explose… Combien d’entre nous viennent de familles séparées, recomposées ?

L’alcool : un remplaçant très répandu à la place des relations profondes

Que ce soit dans Friends, Grey’s Anatomy ou Sex in the City, on adore regarder ces gens qui ont l’air très proches. Et on voudrait tellement vivre ça. On veut et on a besoin d’amitiés profondes, mais, honnêtement, c’est risqué, et parfois ça fait mal.

Alors, qu’est-ce qu’on fait ? Avec qui est-ce que je me sentirais bien ? Qui peut m’aider à m’échapper de ce monde de solitude, même si c’est que pour un instant ?

Tu fais peut-être comme beaucoup d’autres étudiants, tu passes une soirée en tête-à-tête avec une bouteille de whisky. Ça te détend, tu te sens mieux. Une bouteille est toujours accessible, elle est toujours là quand tu en as besoin. Une bouteille d’alcool ne va pas te juger, se moquer de toi. Quand tu bois, tu te sens invincible, drôle, tranquille, accepté. Ça t’aide à t’ouvrir aux autres.

Ça marche pendant un moment, mais tu finis par te réveiller. Avec un mal de crâne... C’est un coup d’un soir, qui ne demande pas que tu t’impliques, que tu fasses des efforts comme quand tu cherches à te faire des amis.

Ce n’est pas un scoop, nous cherchons tous l’amour aux mauvais endroits. Le psychologue Dr H. Cloud explique : « Nous avons tous besoin d’amour pendant les premières années de notre vie. Si nous ne recevons pas cet amour, nous ressentons un manque pour le reste de nos jours. Ce manque d’amour est si fort que parfois nous ne pouvons pas le combler dans nos relations avec les autres. Nous le cherchons donc dans le travail, le sexe, la nourriture, l’argent, l’alcool… »2

Isabelle, une étudiante, dit : « Je peux passer chaque nuit dans des bars avec mes amis, soûls, mais quand on se voit le matin à la fac, on n’a rien à se dire… » Isabelle a des amis, mais elle décrit ses relations avec eux comme très superficielles. Son vrai besoin de relations profondes n’est pas comblé.

Benjamin, lui, sort boire avec ses amis, et l’alcool les aide à se laisser aller, à parler des choses qui sont vraiment importantes pour eux. Leurs amitiés ont l’air plus profondes. Mais Benjamin avoue qu’il a « besoin d’apprendre à être vrai, sans l’aide de l’alcool ».

Nous avons soif de relations profondes

Le Dr Cloud ajoute : « Les gens sont en général accros à une chose ou une autre, comme l’alcool, la cocaïne, le travail, les jeux d’argent, les mauvaises relations, la religiosité, le succès, le matérialisme. Ces substances, ces activités ne nous satisferont jamais, parce qu’elles ne s’attaquent pas au vrai problème. On peut se passer de ces substances. En revanche on ne peut pas se passer des autres, des relations. On vit difficilement tout seul. »3

Beaucoup de personnes disent qu’elles boivent pour s’amuser. Au premier abord, c’est une réponse acceptable. Mais au-delà du fun, t’es tu déjà demandé vraiment pourquoi tu bois ? C’est peut-être une façon de s’échapper, pour un temps, loin du stress, de l’inconnu, des doutes sur ton futur, de la pression.

Lorsque tu as de bonnes relations, tu n’as pas besoin de chercher ta sécurité plus loin, dans l’alcool ou ailleurs. Quand tu vis des relations satisfaisantes, tu ressens moins le besoin de combler ce vide par autre chose. Certains de tes besoins les plus profonds sont comblés.

Le Dr Cloud continue : “ Etre proche de quelqu’un est un des besoins fondamentaux de l’Homme. Dieu nous a créés avec une soif d’intimité – avec Lui et avec les autres. Au plus profond, nous sommes des êtres qui ont besoin de relations. Sans une relation solide et forte, l’âme humaine s’enfonce dans des problèmes émotionnels et psychologiques. Notre âme ne peut pas se développer si elle n’est pas liée à d’autres personnes.»

Mais comment apprendre à vivre des relations profondes ? Commence par être honnête avec toi-même. Est-il possible que ce qui te pousse à boire, à manger trop, ou pas assez, à abuser des relations sexuelles, à te pousser toujours plus pour atteindre la perfection, soit un manque de relations profondes et saines ?

Si c’est le cas, il y a plein de bons livres sur ce sujet. Mais il y a une seule relation qui te permet de poser des bases saines pour toutes tes autres relations avec les gens. Le Dr. Cloud parle de notre besoin d’être en relation à la fois avec les gens autour de nous, et avec Dieu. Le philosophe Pascal a dit qu’il y a dans le cœur de l’Homme un vide en forme de Dieu que rien ni personne, à part Dieu, ne saurait combler.

Peut-on avoir une relation avec le Dieu qui nous a créés ? Je ne parle pas d’un Dieu qui nous donne une liste de choses à faire et à ne pas faire. Il n’est pas comme un policier géant dans le ciel, qui n’attendrait qu’une chose : que tu fasses une erreur pour qu’Il te saute dessus. Je te parle d’une relation avec Dieu basée sur l’amour, la confiance, la liberté, et la paix intérieure.

Commencer une relation avec Dieu

Dieu t’a créé pour que tu sois en relation avec Lui. Tu le sais au plus profond de toi. Mais on a tous tendance à se dire qu’on se débrouille très bien tout seul. Certains se disent qu’ils feront appel à Lui s’ils en ont besoin. D’autres se disent que s’ils n’y pensent pas, ces histoires de Dieu finiront par partir ! D’autres encore disent qu’ils veulent une relation avec Dieu, mais en arrivant jusqu'à Lui par eux-mêmes, en cherchant à le mériter. Mais en vérité, personne ne peut mériter une relation avec un Dieu parfait.

De même que boire ou trop manger a des conséquences, ignorer ou se révolter contre Dieu aussi. Tu n’y as peut-être pas encore réfléchi, mais tu finiras par subir ces conséquences… Dieu dit que ceux qui l’ignorent, qui se rebellent contre Lui, seront séparés d’avec Lui pour l’éternité. En ce moment tu étudies, tu prépares ton futur, j’espère que tu t’amuses aussi. Ce n’est pas facile de penser à l’éternité… mais on ne sait jamais.

Dieu a ouvert la voie pour que nous puissions Le connaître, sur Terre et pour toujours. Il a envoyé Jésus sur Terre, pour vivre comme nous, et vivre une vie parfaite. C’est pas tout. Nous méritions d’être punis pour nos péchés, mais Jésus s’est volontairement sacrifié sur la croix à notre place. Tout ce que nous avons à faire pour connaître Dieu, c’est croire que Jésus a payé pour toutes les mauvaises choses dans nos vies qui nous séparaient du Dieu parfait. Tu peux l’accepter et mettre ta foi en Lui, ou tu peux choisir de le rejeter. C’est ton choix.

Quand j’ai prié à Dieu, je lui ai dit que je voulais Le connaître, et que je plaçais ma foi en Jésus et sa mort pour moi. J’ai commencé une relation avec Lui. J’étais alors liée avec le Dieu de l’univers. Quand notre relation est très étroite, ma vie est différente. Je n’ai pas besoin de chercher à être satisfaite (que ce soit par l’argent, l’alcool, ou la réussite). Mais quand je Le rejette, je cherche partout ce qui me manque.

Je ne sais pas quels sont tes problèmes. Peut-être que tu bois trop, que tu te drogues, que tu as plein de relations sexuelles. Peut-être que tu te tues au travail pour avoir une mention à la fin de l’année, ou pour te sentir bien. Tout ça, ce sont des moyens pour combler ton besoin relationnel, ton besoin d’être en lien avec les autres, et avec Dieu. Nous avons tous ce vide en nous qui ne peut être rempli que par une relation avec Dieu.

Peut-être que tu voudrais commencer une relation avec Dieu maintenant. Tout ce que tu as à faire, c’est le Lui dire. Il connaît le désir de ton cœur, et pour Lui, ça compte bien plus que tes mots. Tu peux Lui dire quelque chose comme ça :

« Dieu, je veux te connaître, je veux avoir une relation avec toi. J’ai essayé de combler mon besoin de toi avec d’autres choses, mais ça n’a pas marché. Pardonne-moi de n’être pas venu à toi en premier lieu. Merci de ce que tu m’aimes et que tu veux que je te connaisse. J’accepte que tu aies rendu cette relation possible grâce à la mort de Jésus. Je te fais confiance. Amen »

Tu vas voir qu’une relation avec Dieu est satisfaisante et qu’elle te comblera. Quand tu es en relation avec Dieu, tu as la base pour construire d’autres relations profondes, qui comptent, et qui durent.
Apaise ta vraie soif.

Je viens de recevoir Jésus dans ma vie (voici quelques renseignements utiles)…

Je voudrais peut-être demander à Jésus d’entrer dans ma vie. Expliquez-moi cela plus en détail, s’il vous plait.

J'ai une question…

(1) Dr. Henry Cloud et Dr. John Townsend, Boundaries[Frontières] (Grand Rapids, MI: Zondervan, 1992), 220.
(2) Dr. Henry Cloud, Changes that Heal [Changements qui Guerissent] (Grand Rapids, MI: Zondervan, 1992), 64.
(3) Ibid., 47.

Partager cette page avec quelqu'un

Drag Handle