CONTENU

Une connexion avec le divin

Description des principales religions dans le monde : l’hindouisme, le bouddhisme, l’islam, le christianisme et le new age.

Par Marilyn Adamson

Chacun veut réussir sa vie, d’une manière ou d’une autre, et se dire qu’il ne s’est pas trompé. Et si d’autres personnes pensent avoir trouvé la clé de la satisfaction, ou même du sens de la vie, nous aurions tort de ne pas prêter attention. Qu’en est-il des principales religions dans le monde ? Ne proposent-elles rien qui puisse apporter à l’existence une plus-value ou une meilleure stabilité ?

Les pages suivantes présentent un aperçu des grandes religions à l’échelle planétaire… l’hindouisme, le new age (ou nouvel âge), le bouddhisme, l’islam et le christianisme.* Après une brève description des caractéristiques et des bénéfices proposés par chaque forme de croyance, l’auteur souligne les divergences entre les enseignements de Jésus et ceux des religions du monde, afin que vous puissiez vous faire vous-même une opinion.

*Chacun de ces systèmes religieux comporte des mouvements sectaires avec des croyances variées. La description que nous proposons ne concerne que le cœur de chaque forme de foi. D’autres grandes religions, comme le judaïsme, pourrait être débattues, mais nous en avons limité le nombre par souci de concision.

L’hindouisme

La majorité des hindous adorent un Être d’unité ultime (Brahman) par le biais de représentations innombrables de divinités. Ces manifestations diverses de dieux et de déesses sont incarnées dans les idoles, les temples, les gourous, les rivières, les animaux, etc.

Les hindous considèrent que leurs circonstances présentes sont basées sur leurs actes accomplis dans une vie antérieure. Si leur comportement précédent était malfaisant, ils feront peut-être l’expérience d’épreuves extrêmes dans la vie présente. Le but d’un hindou est de se libérer de la loi du karma… de s’affranchir du cycle continue des incarnations successives.

Trois options s’offrent à lui pour interrompre ce cycle du karma : 1. Une dévotion fidèle à l’une ou l’autre des divinités de l’hindouisme ; 2. Une progression dans la connaissance par la méditation de Brahman (unité)… afin de comprendre que les circonstances de la vie ne sont pas la réalité, que le soi est une illusion et que seul Brahman est réel ; 3. Un dévouement exprimé par la participation à divers rites et cérémonies religieuses.

Dans l’hindouisme, une personne a la liberté de choisir le moyen de sa progression vers la perfection spirituelle. Cette pratique religieuse propose également une explication possible pour la souffrance et le mal. Selon l’hindouisme, la souffrance subie par un individu, qu’il s’agisse de la maladie, de la faim ou d’un autre désastre, s’abat sur lui en raison de ses propres actes malfaisants, généralement accomplis dans une vie antérieure. Seul importe l’âme, qui sera libérée un jour, affranchie du cycle des renaissances, et parviendra au repos.

Le « new age » (parfois appelé nouvel-âge)

Le new age prône l’épanouissement du potentiel personnel divin de l’être humain. Si un adepte fait référence à Dieu, il ne parle pas d’un Dieu personnel et transcendant qui aurait créé l’univers, mais il évoque une conscience supérieure en lui-même. Il ou elle se voit en tant que dieu, le cosmos, l’univers. Tout ce qu’une personne voit, entend, ressent ou imagine serait ainsi de nature divine.

Le new age est particulièrement diversifié, et se décrit comme un assemblage d’éléments tirés d’anciennes traditions spirituelles. Il admet un grand nombre de divinités, comme le fait l’hindouisme. La terre est considérée comme la source de toute spiritualité, et possède sa propre intelligence, ainsi que ses émotions et sa déité. Mais le soi est au dessus de tout. Le soi est à la source de tout, contrôle tout et règne en dieu sur tout. Aucune réalité n’existe en dehors de la volonté humaine.

Le new age enseigne une grande diversité de notions mystiques orientales accompagnées de pratiques spirituelles, métaphysiques et psychiques. Les exercices de respiration, la répétition de mélopées ou de mantras, les percussions, la méditation—toutes ces techniques ont pour but de développer une conscience supérieure de sa propre divinité.

Tout ce qui est négatif dans l’expérience humaine (échecs, tristesse, colère, égoïsme, épreuves) est considéré comme une illusion. Si l’individu se considère complètement souverain de sa vie, rien ne peut être vu comme néfaste, négatif ou douloureux. En fin de compte, le développement spirituel de la personne doit la mener jusqu’au point ou la réalité perd toute forme objective ou extérieure. Une personne, devenant dieu, créé ainsi sa propre réalité.

Le bouddhisme

Les bouddhistes n’adorent ni dieux ni Dieu. De l’extérieur, certains pensent que les bouddhistes adorent le Bouddha. Mais le Bouddha (Siddhârta Gautama) n’a jamais prétendu à la nature divine. Il est considéré par les bouddhistes comme ayant atteint l’objectif auquel chacun d’eux veut parvenir, c'est-à-dire l’éveil ou illumination spirituelle et, avec elle, la délivrance hors du cycle continu de la vie et de la mort. La majorité des bouddhistes pense qu’une personne passe par d’innombrables renaissances, avec une composante inévitable de souffrance. Un bouddhiste cherche à mettre un terme à ces renaissances. Les adeptes du bouddhisme croient que ce sont les désirs insatiables d’une personne, ainsi que ses aversions et ses erreurs, qui entraînent ces renaissances. Ainsi, le but d’un bouddhiste est de purifier son cœur et de se défaire de toute aspiration aux désirs et de tout attachement à soi-même.

Les bouddhistes adhèrent à un ensemble de principes religieux et pratiquent assidument la méditation. Quand un adepte médite, il n’est pas en train de prier ou de visualiser un dieu, mais il se soumet à une sorte d’autodiscipline. En méditant, une personne peut atteindre le Nirvana, ou l’extinction de la flamme du désir.

Le bouddhisme propose des éléments que l’on retrouve dans la plupart des religions du monde : la discipline, les valeurs et des principes selon lesquels vivre sa vie.

L’islam

Les musulmans croient en un Dieu unique et tout-puissant, nommé Allah. Ils le considèrent comme infiniment supérieur à l’humanité, qu’il transcende. Allah est vu comme le créateur de l’univers et la source de tout bien et de tout mal. Tout ce qui advient relève de son bon vouloir. Il est un juge puissant et strict, qui sera néanmoins miséricordieux envers ses fidèles selon la qualité de leurs bonnes œuvres accomplies sur terre et de leur dévotion religieuse. La relation entre Allah et ses fidèles est celle d’un maître avec ses serviteurs.

Bien que les musulmans honorent plusieurs prophètes, Mahomet est considéré comme le dernier d’entre eux. Ses paroles, ainsi que l’exemple de sa vie, font autorité pour tout pratiquant de l’islam. Pour se dire musulman, un fidèle doit accomplir cinq devoirs religieux : 1. Répéter une confession de foi à l’égard d’Allah et de Mahomet ; 2. Réciter certaines prières en langue arabe cinq fois par jour ; 3. Faire l’aumône aux pauvres ; 4. Jeûner un mois par an, se privant de nourriture, de boisson, de tabac et de relations sexuelles entre le lever du soleil et son coucher ; 5. Faire un pèlerinage une fois dans sa vie au lieu saint de la Mecque pour y rendre un culte. Selon son assiduité à suivre ces rites, un musulman peut espérer entrer au Paradis. Sinon, sa punition sera de passer l’éternité en enfer.

Pour de nombreuses personnes, l’islam correspond à leurs attentes de la religion et de la divinité. L’islam enseigne l’existence d’un Dieu unique et suprême, que l’on adore par des bonnes œuvres et des rituels religieux stricts. Après sa mort, l’être humain est récompensé ou puni selon la rigueur de sa piété.

Le christianisme—la foi en Jésus Christ

Les chrétiens croient en un Dieu d’amour qui s’est révélé et qui peut être connu dans le cadre d’une relation personnelle. Avec Jésus Christ, la foi n’est pas focalisée sur des rites religieux ou l’accomplissement de bonnes œuvres, mais sur le bonheur d’une relation avec Dieu qui permet de le connaître toujours davantage.

La foi en Jésus Christ lui-même, non pas seulement en ses enseignements, permet au chrétien d’expérimenter la joie et d’investir son existence avec du sens. Lors de sa vie terrestre, Jésus ne s’est pas identifié comme un prophète qui montre la voie vers Dieu, ni comme un enseignant qui conduit vers l’éveil. Par contre, il a affirmé être Dieu en forme humaine. Il accomplissait des miracles et pardonnait les péchés des gens. Il a déclaré que quiconque croit en lui vivrait éternellement. Parmi ses affirmations : « Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit aura la lumière de la vie et ne marchera plus jamais dans l’obscurité. »1

Les chrétiens considèrent la Bible comme le message écrit par Dieu à l’humanité. Non seulement comporte-t-elle le récit historique de la vie de Jésus et de ses miracles, elle révèle aussi la personnalité de Dieu, son amour et sa vérité, et décrit le moyen par lequel chaque personne peut entrer en relation avec lui.

Quelles que soient leurs circonstances, les chrétiens peuvent se tourner avec confiance vers le Dieu de sagesse et de puissance qui les aime réellement. Ils croient que Dieu répond à la prière et que la vie prend tout son sens quand elle est vécue de manière à l’honorer.

À quel point ces religions mondiales sont-elles divergentes ?

Ce survol des principaux systèmes de croyance et leurs visions de Dieu révèle une très grande diversité :

  • Les hindous reconnaissent une multitude de dieux et de déesses.
  • Les bouddhistes rejette l’idée d’une divinité.
  • Les adeptes du new age pensent qu’ils sont Dieu.
  • Les musulmans croient en un Dieu puissant mais inconnaissable.
  • Les chrétiens croient en un Dieu qui les aime et qui est accessible.

Toutes les religions adorent-elles le même Dieu ? Envisageons cette éventualité.

Le new age enseigne que chacun doit parvenir à se centrer sur une conscience cosmique, mais il faudrait alors que le musulman renonce à son Dieu unique, l’hindou à la multitude de ses divinités, et le bouddhiste à sa conviction qu’il n’y a pas de Dieu.

En réalité, les principales religions mondiales (hindouisme, new age, bouddhisme, islam, foi en Jésus Christ) sont mutuellement exclusives. Et seule une d’entre elles affirme l’existence d’un Dieu personnel, qui nous aime et qui peut être connu dès à présent. Jésus le Christ nous présente un Dieu qui nous accueille dans une relation avec lui-même, qui nous aime, et qui nous rejoint dans notre quotidien pour nous apporter son réconfort, sa sagesse et sa puissance.

Dans l’hindouisme, une personne doit se débrouiller seule pour échapper au karma. Dans le new age, il faut œuvrer en vue de sa propre divinité. Le bouddhisme représente une quête individuelle pour échapper à l’emprise du désir. Et dans l’islam, un fidèle se voue à des règles religieuses dans l’espoir de gagner le paradis après la mort. Dans les enseignements de Jésus, on découvre une relation personnelle avec un Dieu personnel—une relation qui débute ici-bas et continue après la mort.

Peut-on connaître Dieu dès à présent ?

La réponse est affirmative. Non seulement pouvez-vous connaître Dieu, mais vous pouvez aussi recevoir l’assurance qu’il vous aime et vous accepte pleinement.

En général, les principales religions laissent l’individu seul à chercher la perfection spirituelle. Bouddha, par exemple, n’a jamais prétendu être sans péché. Mahomet aussi a admis qu’il avait besoin de pardon. « Quelle que soit la sagesse, le talent ou l’influence des autres prophètes, gourous et enseignants, ils avaient la présence d’esprit d’admettre qu’ils étaient imparfaits comme chacun d’entre nous. »2

Jésus Christ, cependant, n’a jamais commis de péché. Au contraire, Jésus pardonnait les péchés des autres et il veut également nous pardonner nos péchés. Nous sommes conscients de nos fautes et des domaines de notre vie qui nous valent les reproches de notre entourage. Ce sont des zones d’ombre que nous préférerions cacher ou éliminer… peut-être une dépendance, un tempérament emporté, l’impureté morale, des paroles haineuses. Dieu nous aime mais déteste le péché. Il a dit que par conséquence du péché, nous sommes séparés de lui. Mais il a mis en place un moyen pour que nous puissions être pardonnés et le connaître. Jésus, le fils de Dieu, lui-même Dieu sous forme humaine, a endossé tous nos péchés, a souffert sur la croix où il est mort volontairement à notre place. La Bible dit, « Voici comment nous savons ce qu'est l'amour : Jésus-Christ a donné sa vie pour nous. »3

Dieu nous offre un pardon total grâce à la mort de Jésus pour nous. Ceci signifie que tous nos péchés—passés, présents et futurs—peuvent être pardonnés. Jésus a payé pour toutes nos fautes. Dieu, qui a créé l’univers, nous aime et veut entrer en relation avec nous. « Voici comment Dieu a manifesté son amour pour nous : il a envoyé son fils unique dans le monde, afin que nous ayons la vraie vie par lui. »4

Par le Christ, Dieu nous propose une vraie délivrance de notre péché et de notre culpabilité. Il ne veut pas nous laisser porter le poids de nos échecs, avec le vague espoir que nous deviendrons meilleurs demain. En Jésus Christ, Dieu tend la main à l’être humain, et fait en sorte que nous puissions le connaître. « Car Dieu a tellement aimé le monde qu'il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne soit pas perdu mais qu'il ait la vie éternelle. »5

Dieu veut que nous le connaissions

Nous avons été créés par Dieu pour vivre en relation avec lui. Jésus dit : « Celui qui vient à moi n'aura jamais faim et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. … et je ne rejetterai jamais celui qui vient à moi. »6 Jésus appelait ses interlocuteurs non seulement à suivre ses enseignements, mais à le suivre, lui. Il a déclaré : « Je suis le chemin, la vérité, la vie. »7 En affirmant être la vérité, le Christ va bien au-delà des prophètes et enseignants qui disaient simplement proclamer la vérité.8

Jésus s’est décrit comme l’égal de Dieu, et en a même fourni la preuve. Il a dit qu’il serait crucifié et qu’il reviendrait à la vie trois jours après sa mort. Il n’annonçait pas qu’il serait réincarné un jour dans une vie future. (Qui pourrait le savoir si cela devait advenir ?) Il a dit qu’il se montrerait vivant, trois jours après son ensevelissement, à ceux qui le verraient crucifié. Le troisième jour, effectivement, le tombeau de Jésus fut retrouvé vide et de nombreuses personnes témoignèrent qu’elles l’avaient vu vivant. Et il nous offre à présent la vie éternelle.

Contrairement au grand nombre des religions du monde…

De nombreuses religions mettent l’accent sur les efforts spirituels à fournir. Avec Jésus Christ, il s’agit d’une interaction à deux sens entre vous et Dieu. Il nous accueille lorsque nous nous approchons de lui. « Le Seigneur est proche de ceux qui l'appellent, de tous ceux qui sont sincères en l'appelant. »9 Vous pouvez communiquer avec Dieu, qui répondra à vos prières, vous donnera une paix et une joie inouïes, vous guidera, vous démontrera son amour, et transformera votre vie. Jésus a dit, « Moi, je suis venu pour que les humains aient la vie et l'aient en abondance. »10

Cela ne veut pas dire que vous deviendrez parfait et que vous vivrez sans problème. Mais dès à présent, vous vivrez une relation avec Dieu qui veut s’impliquer dans votre existence et vous montrer la fidélité de son amour.

Il ne s’agit pas pour vous d’adhérer à une méthode d’épanouissement personnel comme le Noble Sentier Octuple, les cinq piliers, la méditation, les bonnes œuvres ou même les dix commandements. Ces techniques semblent représenter des chemins spirituels clairs, bien définis et faciles à suivre. Mais elles deviennent des tentatives de perfectionnement qui sont usantes, et le rapport à Dieu n’est pas plus accessible pour autant. Notre espérance ne se trouve pas dans l’assiduité à suivre des règles ou adhérer à des dogmes, mais dans la connaissance d’un Sauveur qui nous accepte pleinement en raison de notre foi en lui et de son sacrifice pour nous. Nous ne gagnons pas notre entrée au ciel par nos efforts religieux ou nos bonnes actions. Le ciel nous est donné gratuitement lorsque nous débutons notre relation avec Jésus Christ.

Aimeriez-vous recevoir le pardon total, et faire l’expérience de l’amour de Dieu pour vous ?

Commencer une relation avec Dieu.

Vous pouvez commencer immédiatement une relation avec Dieu. Il vous suffit de lui demander sincèrement de vous pardonner vos péchés et de l’inviter dans votre existence. Jésus dit : « Écoute, je me tiens à la porte [de ton cœur] et je frappe ; si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui. »11 Aimeriez-vous commencer une relation avec Dieu qui vous a créé et qui vous aime profondément ? Rien ne vous empêche de le faire dès l’instant présent, si vous le désirez de tout votre cœur : « Dieu, je te demande de me pardonner et je te consacre ma vie dès maintenant. Merci Jésus d’être mort pour mes péchés. Merci de venir me rejoindre dans mon existence comme tu l’as promis. »

La Bible nous dit que « certains l'ont reçu et ont cru en lui ; il leur a donné le droit de devenir enfants de Dieu. »12 Si vous avez sincèrement demandé à Dieu de venir vivre en vous, votre relation personnelle avec lui a commencé. Vous venez de rencontrer Dieu et il veut vous aider à apprendre à mieux le connaître. Il veut que vous appreniez à mieux ressentir son amour pour vous, et à vous laisser guider par sa sagesse, quelles que soient les décisions ou épreuves qui vous attendent. Dans la Bible, le livre de est un bon point de départ pour découvrir davantage votre relation avec Dieu. Vous venez de consacrer votre vie à Jésus—ce serait peut-être une bonne idée de parler à quelqu’un d’autre de cette décision.

Dans les grands systèmes religieux du monde, une personne entre en relation avec des enseignements, des principes, des chemins, des rituels. Par Jésus, il est possible d’entrer en relation avec un puissant Dieu d’amour. Vous pouvez lui parler et il vous guidera dans votre vie actuelle. Il ne se contente pas de vous indiquer un chemin, une philosophie ou une religion. Il vous accueille pour que vous puissiez faire sa connaissance et expérimenter la joie. Vous pouvez venir à lui dans la confiance que son amour vous soutiendra dans les épreuves de la vie. « Voyez à quel point le Père nous a aimés! Son amour est tel que nous sommes appelés enfants de Dieu. »13

Je viens de recevoir Jésus dans ma vie (voici quelques renseignements utiles)…

Je voudrais peut-être demander à Jésus d’entrer dans ma vie. Expliquez-moi cela plus en détail, s’il vous plait.

J'ai une question…

(1) Jean 8:12 (2) Erwin W. Lutzer, Christ Among Other Gods [Le Christ et les autres divinités] (Chicago: Moody Press, 1994), p. 63 (3) 1 Jean 3:16 (4) 1 Jean 4:9 (5) Jean 3:16 (6) Jean 6:35, 37 (7) Jean 14:6 (8) Lutzer, p. 106 (9) Psaumes 145:18 (10) Jean 10:10 (11) Apocalypse 3:20 (12) Jean 1:12 (13) 1 Jean 3:1

Partager cette page avec quelqu'un

Drag Handle